BIZARRE, silence radio dans beaucoup de médias !!

Article de presse de Juliette Mickiewicz / Le figaro du samedi 25 février 2017

La famille de Théo visée par une enquête financière

Ouverte mi-2016, l’enquête pour « suspicion d’abus de confiance et escroquerie » porte sur une association faisant de la médiation.

 

Plusieurs membres de la famille de Théo et le jeune homme lui même sont visés par une enquête sur un possible détournement de subventions, selon plusieurs sources concordantes confirmant une information du parisien. L’enquête confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis pour « suspicion d’abus de confiance et escroquerie » a été ouverte mi-2016 par la parquet de Bobigny. Soit sept mois avant le viol présumé du jeune homme de 22 ans au cours d’une interpellation, le 2 février, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Dans l’enquête financière, le «nom de Théo apparaît, mais pas comme le principal mis en cause », a précisé une source proche du dossier. A ce stade, aucun protagoniste n’est poursuivi. L’enquête a été ouverte à la suite d’un signalement en 2015 de l’Inspection du travail concernant l’association Aulnay Events, qui avait pour mission de faire de la médiation. Elle était présidée par un frère de Théo.

Selon cette source, les inspecteurs du travail ont relevé des irrégularités portant notamment sur l’utilisation de subventions pour l’embauche de contrats aidés. Les enquêteurs s’interrogent sur la réalité de ces emplois et sur des versements de l’association en direction des membres de la famille, dont Théo.

Sousçons d’irrégularités L’association, placée en liquidation judiciaire à l’été 2015, a reçu plusieurs centaines de milliers d’euros de financements. Selon le parisien, le frère de Théo, Mickaël, s’est défendu d’avoir employé des salariés fantômes et a indiqué avoir recruté en CDI plus de trente personnes, dont des membres de sa famille. Pour cet ex président de l’association Aulnay Events, l’Inspection du travail a bénéficié de «vraies explications » sur l’utilisation de 670000 euros de subventions versées par l’Etat entre janvier 2014 et juin 2016. « on avait plus de trente animateurs qui intervenaient sur Aulnay, sur l’Île de France et ailleurs. Les animateurs étaient engagés en CDI pour mettre en place des activités et organiser des séjours. »

Le frêre ainé de Théo assure qu’il n’a « jamais caché » que ses frères et sœurs interviendraient dans l’association. Théo, Grégory et Eléonore ont été employés « en contrat aidé », assure leur frère. Il présice aussi s’être salarié à la création de l’association, avant d’arrêter lorsqu’il a appris qu’un président ne pouvait pas l’être. Face aux soupçons d’irrégularités, Mickaël plaide l’inexpérience : « Attention, moi je suis un entrepeneur à la base, je fais beaucoup de projets, je me suis souvent loupé car je n’ai pas toutes les compétences. » Reste les 80000 euros rétirés en liquide pendant un an et demi, utilisés pour « le fonctionnement de l’association » explique Mickaël, qui l’assure : « tout est vérifiable. »

Advertisements

Publié le 1 mars 2017, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :