Jacques colombier au salon de l’agriculture

LES MASQUES VONT TOMBER.

8h30, par ce froid matin du 27 février je passais de l’animation et des odeurs de bitume de la Porte de Versailles à l’atmosphère chaude et aux odeurs de paille du salon de l’agriculture.

Pour la première fois, comme Député français au Parlement européen et membre de sa Commission agricole, j’accompagnais Marine Le Pen dans une visite mémorable de la terre de France et de ceux qui la font vivre.

Sur quelques hectares s’offre à nous le condensé de notre agriculture, de ses activités de ses succès, de ses femmes et hommes du pays réel. Un peuple de travailleurs qui ne comptent jamais ses heures, sans RTT ou congé payé. Un tiers d’entre eux vit avec moins de 350 € par mois. Quel décalage, quel choc !

Mais des dangers mortels les guettent du fait d’une politique mondialiste menée par des européistes béats depuis Bruxelles ou Strasbourg.

C’est, non seulement, l’histoire de notre Pays comme de notre civilisation rurale qui est en jeu, mais de notre indépendance et de notre sécurité alimentaire donc de notre avenir.

C’est à coups de traités commerciaux sans équilibre que les produits venant d’autres continents nous inondent sans droits de douane, sans taxe, à des coûts et charges sans aucune commune mesure avec les nôtres.

Produits souvent non contrôlés, à la sécurité sanitaire douteuse comme la viande bovine brésilienne dont le scandale et la corruption se rappèlent encore à nous.

Merci l’Europe de Barroso, Junker et consorts !

Ainsi le sieur Wauquiez  peut bien clamer sa solidarité avec nos paysans dans ce même salon, ses députés européens Les Républicains ont voté le CETA (Europe / Canada) !

12 ont voté pour, 5 se sont courageusement abstenus et 2 sont sortis de l‘hémicycle.

Nous le ferons savoir…

Ajoutez à ceci les grandes surfaces et centrales d’achat qui étranglent, au nom du profit à tout prix, nos agriculteurs.

Dans de telles conditions, aucune possibilité de compétitivité n’est donnée à notre agriculture malgré la très grande qualité de nos produits, de nos appellations qui font la renommée mondiale de la France dans bien des domaines.

Demain nous aurons à batailler contre le traité du Mercosur (Europe /Amérique du sud) qui menace plus de 80 000 emplois.

Avec décontraction et arrogance, Emmanuel Macron est venu le défendre au Salon, c’est une véritable insulte pour nos agriculteurs et les consommateurs !

Il est grand temps que les Français sachent qui défend avec Marine Le Pen leur identité, leurs intérêts mais aussi leur santé.

Jacques COLOMBIER

Publicités

Publié le 13 mars 2018, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :